A sa propre demande, les Grammy Awards retirent le rappeur Drake des nominations de l’édition 2022

Drake, à Los Angeles, en juin 2019.

Il semblerait qu’il boude. La superstar canadienne du rap Drake a prié les organisateurs de retirer ses deux nominations pour les prochains Grammy Awards, la 64e cérémonie de récompenses musicales devant se tenir à Los Angeles, le 31 janvier 2022. L’Académie du disque a accédé à sa demande, a appris, lundi 6 décembre, l’Agence France-Presse (AFP) auprès de sources proches des protagonistes.

Drake a beau avoir été sélectionné dans les candidats en lice pour deux prix de la catégorie rap, son album à succès Certified Lover Boy a été ignoré dans les catégories généralistes, de loin les plus en vue, lors des nominations en novembre.

Aucune explication n’a été donnée par l’entourage de Drake au sujet de sa demande de retrait des nominations. Une source proche de l’artiste a indiqué que cette décision avait été prise d’un commun accord par Drake et son équipe, et que les organisateurs des Grammy Awards avaient accepté, ce qu’une source de l’Académie du disque a confirmé. Les nominations de Drake ont disparu de la liste figurant sur le site officiel des Grammy Awards.

Lire aussi Grammy Awards 2021 : la cérémonie fait la part belle aux femmes, Beyoncé bat un record de récompenses

Seulement quatre Grammys à son palmarès

Drake, considéré comme l’un des musiciens les plus influents actuellement, n’a que quatre Grammy Awards à son actif. Il est par ailleurs visé par des plaintes pour un mouvement de foule qui a fait dix morts lors d’un festival au Texas.

Lire aussi Face à la polémique, le processus de sélection des artistes pour les Grammy Awards modifié

L’artiste s’est, à de multiples reprises, pris le bec par le passé avec l’Académie du disque, qu’il accuse de le snober. Dans une interview en 2017, il avait accusé les Grammys de le cantonner dans la catégorie des rappeurs parce qu’il est noir.

Lors de la cérémonie 2019, Drake avait une nouvelle fois reproché aux Grammys de ne pas traiter les artistes de hip-hop noirs à leur juste valeur. « C’est un secteur qui dépend parfois d’un petit groupe de personnes ne comprenant pas ce qu’un gamin métis venu du Canada peut avoir à dire », avait-il lancé en recevant son seul prix de la soirée.

D’autres artistes noirs, comme The Weeknd, Frank Ocean et Jay-Z, ont également fustigé les choix des Grammys ces dernières années, les accusant de laisser les musiciens noirs de côté.

Lire aussi Quand les artistes snobent les remises de prix

Le Monde avec AFP


Source link

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *