L’ANSM recense des cas exceptionnels de troubles menstruels après la vaccination

0
219



L’ANSM a publié ce vendredi, dans sa dernière enquête sur les effets secondaires et indésirables des vaccins anti-Covid, que des troubles menstruels chez des femmes aurait été détectés après les injections de vaccins Pfizer et Moderna et placés sous surveillance. Cette enquête survient après les témoignages de centaines de femmes sur les réseaux sociaux qui auraient été victimes d’effets indésirables après leurs injections. En effet, elles expliquent que les vaccins Pfizer ou Moderna auraient eu des réactions inhabituelles sur leurs règles : règles plus abondantes, retards dans leur cycle, absences de menstruations et même parfois douleurs intenses.

Un signal potentiel pour des effets non-graves et temporaires

Ces réactions « très majoritairement non graves mais inattendus […] font l’objet d’un signal potentiel » confirme alors l’ANSM. Alors que plus de 42 millions de Françaises et Français ont reçu leur première dose de vaccin et plus de 32 millions sont complètement vaccinés, l’agence du médicament recenserait 36 cas survenus après  l’injection de Moderna et 229 cas après celle du Pfizer. Ces  observations auraient « conduit le comité à considérer qu’il s’agit d’un signal potentiel ». Le rapport affirme également qu’« en l’absence de bilan complémentaire pour la plupart des cas déclarés, il est difficile de déterminer précisément un rôle du vaccin dans la survenue de ces saignements menstruels / génitaux. Néanmoins, plusieurs éléments méritent attention. »

Pas de lien de causalité avec le vaccin mais des éléments extérieurs

D’après le gynécologue-obstréticien Olivier Picone, de l’hôpital Louis-Mourier de Colombes pour Le Parisien, le vaccin, par son action de stimulation du système immunitaire, peut « modifier le cycle menstruel », sensible à tout changement. Le gynécologue Geoffroy Robin affirme lui que « ce n’est donc pas le vaccin directement qui serait la cause d’un trouble menstruel mais la réaction inflammatoire qu’il induirait ». Pour finir, la gynécologue Nasrine Callet pour le magazine ELLE conclue  que « les modifications du cycle à la suite du vaccin peuvent résulter de phénomènes de stress, d’angoisses suscitées par le Covid-19. »



Source link

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here