Tout savoir sur la progestérone

0
505



Avec le Pr Cyril Huissoud, chef de service adjoint à la maternité de la Croix-Rousse à Lyon et secrétaire général du CNGOF

Quel est le rôle de la progestérone pour la grossesse ?

« La progestérone, ou hormone progestative, est bénéfique pour la grossesse puisque c’est elle qui imprègne la muqueuse utérine pour la préparer à la nidation, c’est-à-dire à l’implantation de l’embryon », explique le Pr Cyril Huissoud. « Cette hormone stéroïdienne est fabriquée après l’ovulation, soit dans la seconde moitié du cycle menstruel, une fois que l’ovaire a libéré l’ovule. Elle joue un rôle central dans la phase lutéale. Si la sécrétion de progestérone par le corps jaune diminue dans les jours qui suivent, cela induit le signal qu’il n’y a pas eu d’implantation embryonnaire, et c’est ce qui va déclencher les règles », poursuit-il.

Progestérone et œstrogènes : qui fait quoi ?

En dehors de la grossesse, la progestérone équilibre l’action des œstrogènes au niveau des différents tissus. Les œstrogènes, autres hormones, font pousser la muqueuse, tandis que les progestatifs la maturent – pour préparer la nidation – et ont tendance à l’atrophier. « Certaines femmes ont beaucoup d’œstrogènes et peu de progestérone, un signe qu’elles ovulent peu et qui peut se traduire par une tension mammaire, des sautes d’humeur, une irrégularité du cycle menstruel ou des nausées », détaille le Pr Cyril Huissoud. Lorsqu’une femme a des cycles réguliers, d’en moyenne 28 jours, cela indique au contraire qu’elle ovule correctement.

Peut-on donner de la progestérone pour tomber enceinte ?

« Lorsque l’on a des cycles courts ou que l’on est confrontée à une fausse couche, une analyse de sang peut révéler un faible taux de progestérone. Ces femmes souffrent généralement d’un déficit de sécrétion en progestérone, que l’on appelle aussi insuffisance lutéale », explique le Pr Cyril Huissoud. « Bien sûr, ce n’est pas la progestérone qui est responsable de l’ovulation, elle crée simplement les conditions favorables à l’implantation embryonnaire », rappelle-t-il. « Selon les cas, pour soutenir cette implantation, des ovules de progestérone pourront être prescrits par le gynécologue », précise-t-il. La prise de ces ovules n’entraîne pas d’effets secondaires, mis à part des écoulements vaginaux qui peuvent provoquer un inconfort temporaire. « Les femmes qui n’ovulent pas, quant à elles, ne sécrètent pas de progestérone », note le Professeur. Lorsque des troubles de l’ovulation sont avérés, ou en cas de présence d’un syndrome d’ovaires polykystiques, les médecins vous orienteront vers un protocole très encadré de stimulation ovarienne.

Les fonctions de la progestérone pendant la grossesse

Par la suite, lorsque la grossesse est installée, la progestérone remplit plusieurs fonctions. Elle aide le corps à maintenir le bébé dans l’utérus pendant neuf mois et à s’adapter à l’augmentation du volume sanguin auquel il est confronté grâce à son effet « décontractant » sur les parois veineuses. Sachez que, pendant cette période, il est fréquent de souffrir d’une sensation de lourdeur au niveau des jambes, de constipation ou de remontées acides. Cela fait partie des petits maux classiques de la grossesse !

D’autre part, l’hormone progestative a pour rôle d’accroître la surface des glandes mammaires et, de ce fait, de préparer le corps de la future maman à l’ allaitement . Parce que la nature est une machine incroyablement bien rodée, son taux chute significativement en fin de grossesse, ce qui permet à l’ utérus de bien se contracter pour expulser bébé au cours de l’ accouchement .



Source link

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here