Valériane Vukosavljević, basketteuse de l’Équipe de France, médaillée olympique et enceinte de trois mois et demi

0
258



Enceinte et médaillée olympique ? C’est possible, comme l’ont prouvé les championnes Heather Richardson-Bergsma (patinage de vitesse, médaillée en 2018), Kristie Moore (curling, médaillée en 2010), Lisa Brown-Miller (hockey sur glace, médaillée en 1998) ou encore Anky Van Grunsven (équitation, médaillée en 2004). Et désormais Valériane Ayayi Vukosavljević ! La Française, membre de l’équipe de basket, est revenue avec une médaille de bronze, et un futur bébé de trois mois et demi dans le ventre !

Une grossesse gardée secrète

Seuls le médecin de l’équipe, sa coach, ainsi que trois de ses coéquipières étaient au courant de sa grossesse : « Je voulais être tranquille et faire mes deux compétitions sans me prendre la tête, sans devoir gérer les réactions d’autres joueuses, des médias ou autres. À vrai dire, j’avais peur que des coéquipières, ou même des adversaires, agissent différemment avec moi sur le terrain, sous prétexte que j’étais enceinte. Je n’aurais pas trouvé cela super fair-play », explique la championne olympique à notre consœur de FranceInfo.

L’épidémie de Covid-19 lui aura même permis de prolonger le secret, puisque dans cette situation, contrairement à d’habitude, les coéquipières ne prenaient pas leur douche dans une pièce commune ! Et si quelques basketteuses lui posaient parfois des questions, la Bordelaise d’origine a toujours trouvé des parades crédibles.

« Je me sentais super bien sur le terrain

La jeune femme de 27 ans assure s’être sentie « super bien sur le terrain » : « J’étais en jambes. Statistiquement, j’ai réalisé le meilleur Euro de l’équipe de France ». La basketteuse, qui joue au poste d’ailière, ne s’est pas ménagée et s’est donnée à 200 %… inquiétant parfois son mari resté à près de 10 000 km de Tokyo : « Si je devais me mettre devant quelqu’un pour provoquer une faute, je le faisais. Je continuais à plonger sur les ballons lorsqu’il le fallait. Je n’avais pas envie que cette grossesse m’empêche de jouer au basket. Pour mon mari, c’était un peu plus compliqué. Je lui expliquais que c’était bien mieux que je ne réfléchisse pas, car c’est lorsque l’on y pense que les choses se produisent. »

Valériane Vukosavljević souhaite en médiatisant désormais sa grossesse prouver qu’être enceinte « n’est pas une maladie » et « n’empêche pas de pratiquer un sport » : « J’ai disputé trois grosses compétitions : les playoffs du championnat de France, l’Euro, ainsi que les JO. Et je vais bien », insiste-t-elle, alors que de nombreuses sportives de haut niveau voient leur carrière bloquée dès lors qu’elles deviennent mamans. 





Source link

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here