Orange va confier sa présidence à Jacques Aschenbroich

0
40


Donné favori dès le départ, Jacques Aschenbroich a remporté la course pour la présidence d’Orange. La candidature de l’actuel président de Valeo a été retenue jeudi 24 mars par le comité de gouvernance du conseil d’administration de l’opérateur télécoms, a appris Le Monde. Sa nomination sera soumise à l’approbation des administrateurs le 30 mars. Les actionnaires auront ensuite à se prononcer lors de l’assemblée générale du 19 mai.

M. Aschenbroich remplacera Stéphane Richard, dont le mandat de président arrivait à échéance en mai et qui a dû renoncer à se représenter pour quatre années en raison de sa condamnation en appel en novembre 2021 dans l’affaire Tapie. M. Aschenbroich mènera Orange en tandem avec Christel Heydemann, la future directrice générale, qui prendra ses fonctions le 4 avril. « Elle a été associée à tout le processus de sélection », précise une source proche.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Les grands travaux qui attendent Christel Heydemann, nouvelle directrice générale d’Orange

Orange ne croulait pas sous les candidatures pour un poste qui nécessitait un dirigeant suffisamment aguerri pour épauler Mme Heydemann, âgée de 47 ans, mais pas trop jeune pour éviter le risque qu’il empiète sur ses plates-bandes. Bruno Le Maire, le ministre de l’économie, aurait aimé un duo de direction 100 % féminin. Anne Bouverot, la présidente de Technicolor, a longtemps figuré sur la short list mais « son expérience passée chez Orange, sous la direction de l’ancien PDG, Didier Lombard, jouait contre elle », décrypte un proche du dossier. Le nom de Patricia Barbizet, ancienne dirigeante d’Artémis, la holding de la famille Pinault, a également été évoqué.

Inquiétude des salariés

A mesure qu’elle gagnait en probabilité, la nomination de M. Aschenbroich a suscité des tensions chez l’opérateur télécom. Les salariés actionnaires d’Orange, détenteurs de 7 % du capital et 11 % des droits de vote, se sont publiquement émus le 14 mars du projet du groupe de modifier ses statuts afin de permettre à son futur président de rester en poste même après l’âge limite de 70 ans, disposition dont pourra profiter M. Aschenbroich. Il fêtera ses 68 ans le 3 juin.

Sans citer nommément l’ancien PDG de Valeo, les salariés s’inquiétaient que la présidence puisse être confiée à un « septuagénaire, alors que les enjeux » des télécoms « nécessitent des dirigeants plus jeunes ». Ils s’étonnaient aussi qu’Orange déroule le tapis rouge à un président proche des 70 ans alors que dans le même temps l’opérateur incite ses salariés à partir à la retraite dès 57 ans. Ils ont annoncé leur intention de voter contre la résolution visant à changer les statuts lors de l’assemblée générale.

Il vous reste 8.91% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here