Les actifs de Renault en Russie vendus à l’Etat russe

0
16


Des employés de l’usine automobile Avtovaz quittent le bâtiment de l’usine à Tolyatti, également appelée Togliatti, le 31 mars 2022.

Cette cession est la suite de la guerre en Ukraine. Le constructeur automobile Renault a vendu ses actifs en Russie à l’Etat russe, ont annoncé, lundi 16 mai, les deux parties séparément, le groupe français précisant qu’il gardait l’option de racheter pendant six ans ses parts dans Avtovaz, fabricant des Lada. « Des accords ont été signés pour un transfert des actifs russes du groupe Renault à la Fédération de Russie et au gouvernement de Moscou », a précisé le ministère de l’industrie et du commerce russe dans un communiqué.

Renault a confirmé de son côté la cession de sa participation de près de 68 % dans Avtovaz, principal constructeur automobile en Russie. Aucun détail financier n’a été fourni lundi, mais le ministre de l’industrie et du commerce russe, Denis Manturov, avait déclaré en avril que Renault prévoyait de vendre ses actifs russes pour « un rouble symbolique ».

« Un choix responsable envers nos 45 000 salariés en Russie »

La présence du groupe en Russie est remise en cause depuis le début de l’offensive russe en Ukraine. « Aujourd’hui, nous avons pris une décision difficile mais nécessaire ; et nous faisons un choix responsable envers nos 45 000 salariés en Russie, tout en préservant la performance du groupe et notre aptitude à revenir dans le pays à l’avenir, dans un contexte différent », a déclaré le directeur général de Renault, Luca de Meo, cité dans un communiqué du groupe.

Le conseil d’administration de Renault « a approuvé à l’unanimité la signature des accords pour céder 100 % des parts de Renault Group dans Renault Russie à la ville de Moscou et sa participation de 67,69 % dans Avtovaz à NAMI [l’Institut central de recherche et de développement des automobiles et des moteurs] », selon ce communiqué, où Renault ne donne aucun montant.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Guerre en Ukraine : Renault, sous pression, suspend son activité en Russie

Le maire de Moscou, Sergueï Sobyanine, a déclaré de son côté que Renault avait décidé de fermer son usine près de la capitale russe, qui produit des voitures Nissan et Renault.

Le marché russe est l’un des plus importants pour l’ex-Régie, plus précisément son deuxième pays après la France en matière de ventes de véhicules (presque 500 000 immatriculations en 2021). Le groupe au losange y possède des activités en propre – une usine dans la capitale – et, surtout, il est propriétaire (à 67,7 %) du constructeur historique Avtovaz (marque Lada). Au total, la Russie représente pas moins de la moitié du résultat opérationnel de la division automobile de Renault.

Le groupe automobile est également confronté à des problèmes de logistique en raison d’une pénurie de composants importés provoquée par les sanctions occidentales. Avtovaz avait ainsi dû envoyer ses employés en congés payés pour trois semaines en avril, arrêtant la majeure partie de sa production.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés « Pour Renault, les conséquences de la guerre en Ukraine pourraient être la crise de trop »

Le Monde avec AFP



Source link

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here