la hausse des taux se confirme

0
10


Pas de (bonne) surprise. L’accès au crédit immobilier se complique cette rentrée. La hausse des taux s’est poursuivie tout au long de l’été. Ainsi, par exemple, en août, chez le courtier Cafpi, les clients ont pu emprunter en moyenne à 1,41 % sur 10 ans contre 1,24 % en juillet et 1,94 % sur 25 ans contre 1,75 %.

La hausse des taux des crédits restait contenue début septembre. « La tendance haussière semble marquer une pause et les emprunteurs peuvent encore saisir l’opportunité de se financer en dessous de 2 % », observe-t-on chez Cafpi. « La plupart des acteurs de la place nous ont ainsi communiqué des barèmes stables ou en hausse contenue », se réjouit pour sa part le courtier Pretto.

Toutefois, « avec une inflation qui s’installe durablement au-dessus de 6 %, il faut s’attendre à ce que les taux de crédit reprennent le chemin de la hausse dans les semaines qui viennent. Emprunter à moins de 2 % pourrait rapidement devenir un souvenir d’un autre temps », prédit le courtier. C’est désormais quasiment le cas.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Pourquoi le marché immobilier ralentit partout en Europe

« Les taux immobiliers continuent d’augmenter. Et ce n’est pas une surprise au vu de l’évolution des obligations assimilables au Trésor (OAT) qui continuent leur progression », renchérit Cécile Roquelaure, directrice des études d’Empruntis. L’OAT évolue désormais au-dessus du niveau des 2,3 %, au delà de ses records annuels de juin. Depuis janvier, ce taux, qui sert de référence pour les crédits immobiliers, a progressé de plus de 200 points de base.

« Si les augmentations de taux de crédit semblent homogènes, il existe pourtant des disparités qui dépendent d’une part de la stratégie financière des banques et du niveau de leur besoin de refinancement, et d’autre part de leur stratégie commerciale. Ainsi, selon les régions et parfois même selon la localisation précise du projet d’achat, il peut y avoir des différences notables de taux et surtout des possibilités de négociation plus ou moins importantes », précise Cécile Roquelaure, directrice des études d’Empruntis. Cependant, quelle que soit la région, l’accès au crédit immobilier devient plus difficile.

Des taux bien supérieurs à 2 %

La hausse des taux directeurs de 75 points de base annoncée par la Banque centrale européenne (BCE) le 8 septembre ne s’est pas encore concrétisée dans les tarifs des banques. « On est toujours dans un moment de pause, mais elle sera de courte durée alors que le coût de refinancement des banques augmente », pense Olivier Lendrevie président de Cafpi.

Il existe, déjà, de fortes disparités entre les établissements qui bénéficient d’une ressource importante et peu chère – comme les dépôts de leurs clients –, et ceux qui doivent emprunter sur le marché à des taux qui sont proches des 3,5 %.

Il vous reste 54.8% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here