Les plates-formes d’emploi « à impact positif », des Tinder qui attirent une jeunesse engagée

0
13


Plusieurs fois par semaine, Léa Chaussinand, 25 ans, se connecte sur How I Met Your Planet, une plate-forme d’emploi « à impact positif », qui propose des centaines d’offres émanant d’entreprises dont les valeurs coïncident avec les siennes. La jeune diplômée d’un master de management de l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne a paramétré son compte en fonction des thèmes qui lui tiennent à cœur et mène sa recherche quasi exclusivement sur le site. « Je veux que mon futur employeur fasse quelque chose de positif pour l’environnement ou la société ; ici, je sais que je ne vais pas tomber sur n’importe quelle entreprise, confie-t-elle. C’est rassurant de ne pas devoir me poser mille questions sur l’authenticité de l’engagement de ces employeurs potentiels. »

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Le Printemps écologique, nouveau syndicat écolo « pour transformer l’appareil productif de l’intérieur »

C’est précisément pour « simplifier » la vie de Léa et d’autres diplômés qui se lancent sur le marché du travail qu’Edouard Ewbank et son associé Thibaud Halpern, 27 ans tous les deux, ont créé How I Met Your Planet. Après leurs études dans une école de commerce, avec une spécialisation en RH pour l’un et en gestion de projet pour l’autre, les jeunes gens s’interrogent sur leur avenir.

« La lecture du Manifeste étudiant pour un réveil écologique, publié en 2018, a été un électrochoc, détaille Edouard Ewbank. Je me souviens d’une phrase en particulier : “A quoi cela rime-t-il de se déplacer à vélo quand on travaille par ailleurs pour une entreprise dont l’activité contribue à l’accélération du changement climatique ou de l’épuisement des ressources ?” On s’est dit qu’il fallait absolument réussir à trouver des employeurs et des métiers qui correspondent aux attentes de la jeunesse actuelle. »

Lire notre portrait : Article réservé à nos abonnés Léa Falco, militante écolo, et porte-parole d’une jeunesse « réveillée » par la crise climatique

Le nom de la plate-forme, lancée en 2019, est un clin d’œil à la série américaine How I Met Your Mother, dans laquelle un personnage raconte à ses enfants la genèse de son histoire d’amour avec leur mère. Ici, l’ambition est de permettre aux candidats de pouvoir dire à leur descendance comment ils ont participé à la sauvegarde de la planète grâce à leur emploi. « Nous ne travaillons qu’avec des entreprises désireuses de résoudre un enjeu social ou environnemental, poursuit Edouard Ewbank. Consommation alternative, mobilité durable, insertion et inclusion… L’impact peut prendre plusieurs formes. »

Un plus grand besoin de sens

La start-up, qui compte six salariés à temps plein et deux indépendants, n’est pas la seule à avoir investi le segment du recrutement engagé. L’autre site de référence se nomme Jobs That Make Sense, émanation de l’association Make Sense, qui entend donner aux jeunes le pouvoir d’agir à travers le bénévolat ou l’entrepreneuriat social. Depuis son lancement en 2014, elle attire un public de plus en plus important. « Avec la crise du Covid-19, on perçoit encore plus ce besoin de sens, analyse Fabien Secherre, chargé du marketing et de la communication. Le profil des candidats évolue et l’on voit davantage de trentenaires en reconversion, même si la majorité de nos utilisateurs sont des bac + 5 en insertion professionnelle. »

Il vous reste 56.87% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here