La Biélorussie réplique aux sanctions en bannissant des produits alimentaires occidentaux

Des milliers de migrants, principalement originaires du Moyen-Orient, sont massés à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie.

La Biélorussie a annoncé, mardi 7 décembre, bannir les importations de denrées alimentaires de plusieurs pays occidentaux, en représailles à de nouvelles sanctions économiques prises contre Minsk, qui est accusé de nourrir une vaste crise migratoire à la frontière polono-biélorusse en délivrant des visas à des réfugiés et en les y acheminant.

Une série de produits alimentaires, notamment des fruits, des légumes, de la viande et des produits laitiers venus de l’Union européenne (UE), du Canada, des Etats-Unis, du Royaume-Uni et d’autres pays européens seront désormais interdits d’importation.

« Des mesures de rétorsion ont été prises en prenant en compte les tentatives permanentes de l’Ouest d’exercer collectivement une pression illégale avec des sanctions contre notre pays », écrit le gouvernement biélorusse dans un communiqué. L’embargo débutera le 1er janvier 2022 et sera en place pour six mois, a-t-il précisé.

Toujours selon le gouvernement, la Biélorussie, un pays agricole, a importé plus de 530 millions de dollars de ces produits lors des dix premiers mois de 2021.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Contre l’Europe, l’arme migratoire des régimes autoritaires

De lourdes sanctions occidentales

Certaines marchandises, comme les aliments pour bébés, ne seront pas concernées, a précisé le gouvernement, afin de ne pas porter atteinte aux « intérêts » des Biélorusses. « Les importateurs, les fabricants et les distributeurs s’appliqueront à remplacer les produits non fabriqués en Biélorussie par des marchandises venues de pays amis », ont ajouté les autorités.

Depuis la répression de l’opposition dénonçant la réélection contestée du président Alexandre Loukachenko en 2020, les Occidentaux ont puni Minsk en imposant de lourdes sanctions contre des entreprises et des responsables du régime.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Biélorussie : dans le piège de Loukachenko, des migrants syriens prêts à tout pour entrer en Europe

La semaine dernière, les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l’Union européenne et le Canada ont encore élargi ces sanctions pour protester contre la récente crise migratoire aux frontières entre la Biélorussie et l’UE. Minsk est accusé d’avoir encouragé des milliers de migrants venus du Moyen-Orient à se rendre illégalement dans l’UE – notamment via la Pologne, mais aussi par la Lituanie – afin de la déstabiliser. Alexandre Loukachenko nie fermement et a reçu le soutien de Moscou, son principal allié.

Depuis 2014, la Russie a elle-même cessé d’importer des produits alimentaires occidentaux pour protester contre les sanctions occidentales prises après l’annexion par Moscou de la péninsule ukrainienne de Crimée.

Notre sélection d’articles sur la crise des migrants à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne

Le Monde avec AFP


Source link

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *