La Corée du Nord confirme avoir procédé à un nouvel essai de missiles

Cette image fournie par le gouvernement nord-coréen montre le lancement, depuis un train, d’un missile, le 14 janvier 2022, dans la province nord de Pyongyang.

La Corée du Nord a lancé deux missiles de courte portée depuis un train vendredi, ont affirmé, samedi 15 janvier, les médias d’Etat. Ces essais ont été organisés pour « vérifier et juger la maîtrise des procédures d’action du régiment ferroviaire », a déclaré l’agence de presse officielle de Pyongyang, KCNA.

Le lancement de vendredi « a démontré une grande manœuvrabilité et un taux de réussite élevé », selon KCNA. Des discussions ont été menées « sur la mise en place d’un système d’exploitation de missiles par voie ferrée dans tout le pays », ajoute l’agence.

Lire aussi La Corée du Nord a tiré deux nouveaux missiles balistiques malgré les sanctions américaines, selon la Corée du Sud

Les tirs ont eu lieu à 14 h 41 et 14 h 52, heure locale (6 h 41 et 6 h 52, heure de Paris) et les missiles ont parcouru une distance de 432 kilomètres à une altitude de 36 kilomètres en direction de l’est de la péninsule coréenne, ont précisé les chefs d’état-major interarmées de Corée du Sud.

« Attirer l’attention »

C’est le troisième essai d’armement organisé par Pyongyang depuis le début d’année, malgré de nouvelles sanctions américaines. Le lancement de vendredi a eu lieu après la décision mercredi de Washington d’imposer de nouvelles sanctions financières contre cinq ressortissants nord-coréens, à la suite de précédents tests de missiles présentés comme hypersoniques, un premier le 5 janvier puis un second, supervisé en personne par le dirigeant Kim Jong-un, le 11 janvier.

Alors que le secrétaire d’Etat Antony Blinken a déclaré que la Corée du Nord essayait probablement d’« attirer l’attention » avec cette série de tirs de missiles, Pyongyang a accusé les Etats-Unis d’envenimer « de manière intentionnelle » la situation.

Le dialogue entre Pyongyang et Washington demeure dans l’impasse après l’échec, en 2019, des discussions entre Kim Jong-un et le président américain alors en fonctions, Donald Trump.

Le Monde avec AFP


Source link

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *