l’actualité politique du jeudi 23 juin

Les élus ultramarins entre résignation et déception après la candidature de Yaël Braun-Pivet à la présidence de l’Assemblée nationale

L’annonce de la candidature de la ministre des outre-mer, Yaël Braun-Pivet, à la présidence de l’Assemblée nationale, un mois après sa nomination, a suscité de la colère mais surtout de la résignation parmi les élus ultramarins.

Elie Califer, député socialiste de Guadeloupe nouvellement élu, a ainsi fait part, jeudi matin, de sa « profonde déception de constater, qu’une fois de plus, ce gouvernement fait peu de cas » des outre-mer, dans un communiqué. « Au-delà des belles paroles entendues il y a peu, de la nouvelle considération gouvernementale affichée après le cri de colère exprimé dans les urnes par nos populations, ce nouveau gouvernement conserve bel et bien la même attitude brutale, distante, voire indifférente, à l’égard de nos territoires », a-t-il ajouté, en demandant à la première ministre de « ne pas laisser le ministère des outre-mer sans capitaine ».

Pour plusieurs autres élus ultramarins, interrogés par l’Agence France-Presse, l’heure est plus à la résignation. « Ce que j’espère, c’est que la personne qui viendra après elle appellera les députés ultramarins pour travailler avec eux », a réagi Jiovanny William, nouveau député de la 1re circonscription de Martinique. « Peut-être qu’elle [Yaël Braun-Pivet] ne voulait pas vraiment ce ministère-là, que c’est un petit cadeau qui lui a été fait pour la remercier de sa fidélité. Mais quelle que soit la personne qui sera là, on fera avec », a déclaré, mercredi, Davy Rimane, député de la 2de circonscription de Guyane avec le soutien de La France insoumise.

« Ce potentiel changement à la tête du ministère des outre-mer est un événement anecdotique, de la politique politicienne », a commenté l’autonomiste guyanais Jean-Victor Castor, député de la 1re circonscription de Guyane. « On doit avoir un agenda guyanais. On ne va pas faire fi de l’agenda de l’Assemblée, mais on doit avoir notre propre agenda pour bâtir ce rassemblement, cette réconciliation nécessaire au rapport de force dont on a besoin, ici, en Guyane. »

Notre journaliste Patrick Roger est revenu, dans l’article ci-dessous, publié ce matin, sur les résultats des élections législatives en outre-mer et sur le nécessaire changement de méthode de l’exécutif à l’égard des territoires ultramarins.

Lire aussi : Dans les outre-mer, la défiance des électeurs vis-à-vis de l’exécutif


Source link

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.