Ibrahim Al-Nabulsi, itinéraire d’un « martyre » palestinien


LETTRE DE NAPLOUSE

Une femme brandit une photo d’Ibrahim Al-Nabulsi, tué lors d’un raid israélien, lors d’une manifestation de soutien aux Palestiniens, à Téhéran, le 9 août 2022.

Les « héros » palestiniens meurent jeunes. Ils montent en gloire à la hâte. Leurs faits d’armes sont incertains. Voyez Ibrahim Al-Nabulsi, tué à 18 ans, en août. Ses funérailles ont rassemblé des milliers de personnes à Naplouse, ville bourgeoise du nord de la Cisjordanie. Il avait tiré sur un officier et sur des colons israéliens, sans tuer. Il avait échappé à deux raids de l’armée. Il était réapparu sur TikTok, le réseau de partage de vidéos chinois. Il ne se réclamait d’aucun parti, mais de toutes les brigades. Son « martyre » a puissamment résonné dans les territoires, où une jeunesse sans perspectives renoue avec la lutte armée.

Garçon pâle au long visage, élancé et pieux comme sa mère, Ibrahim Al-Nabulsi a grandi sur une colline, dans la maison familiale vieille d’un bon siècle. Il est nageur, calme. Son père, Alah, a un rang subalterne de major au sein de la sécurité préventive ; ancien prisonnier en Israël, il a rejoint dès 1994 cette force, qui est censée réprimer l’opposition aux accords de paix d’Oslo. « J’ai cru à quelque chose de grand : un Etat, la paix qu’Israël n’a jamais voulu nous donner, dit aujourd’hui Alah. La génération de mon fils est en colère contre nous et sa résistance est légitime. »

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Faute d’horizon politique, de jeunes Palestiniens renouent avec la lutte armée contre Israël

Collégien, Ibrahim caillasse des soldats au sud de Naplouse. Il court derrière son aîné de quatre ans, Adham Mabrouka. Il admire ce costaud, surnommé « le Tchétchène », roux et rigolard, du genre à glisser un pétard claque-doigt dans la cigarette d’un camarade. Adham est le premier à atterrir dans une prison israélienne, puis dans une prison palestinienne. Il est accusé d’avoir stocké des explosifs avec un deuxième copain, Mohammed Al-Dakhil, et d’avoir tiré sur des policiers palestiniens.

Ibrahim rejoint ses deux amis en cellule à 15 ans, au printemps 2019. « Il était recherché par Israël. La sécurité préventive palestinienne les a gardés pendant six mois “pour les protéger” », raconte son père. Ils confient à leurs copains qu’ils ont subi des tortures. La mère d’Ibrahim, Houda, le trouve « plus agressif » à sa sortie. « Il voulait se venger d’Israël.

Ibrahim n’a pas encore 16 ans et lui échappe. Il plonge dans la clandestinité. « Je l’embrassais quand je le croisais dans la vieille ville », dit-elle. Sur une étagère du salon, une photo les montre ensemble, assis sur un pas-de-porte ensoleillé. Alah a passé un bras sur l’épaule de son fils. Ibrahim a posé sur ses genoux le fusil d’assaut M16, qui ne le quitte plus.

« C’était un gamin »

Il vous reste 68.86% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *