la Russie « n’acceptera pas » le plafonnement du prix de son pétrole décrété par les pays occidentaux


Vladimir Poutine n’est pas intéressé par un cessez-le-feu et maintient ses objectifs militaires

Vladimir Poutine n’est pas sérieusement intéressé par un cessez-le-feu ou des négociations avec l’Ukraine et l’Occident, estime samedi l’Institut pour l’étude de la guerre (ISW). Des déclarations du président russe, du porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, et du ministre des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, auraient pu faire penser le contraire.

Après que le président américain, Joe Biden, s’est dit prêt, jeudi, à discuter avec M. Poutine, M. Peskov s’est empressé de rappeler que les conditions occidentales à toute négociation – le retrait des troupes russes d’Ukraine – n’étaient pas envisageables. Leur refus de reconnaître l’annexion illégale des régions ukrainiennes occupées, en septembre, complique également la recherche d’un terrain d’entente.

Mais selon l’ISW, la rhétorique de Vladimir Poutine a démontré, à plusieurs reprises, qu’il n’avait pas vraiment l’intention de négocier et que ses objectifs restaient majoritairement de nature militaire. Les déclarations autour des conditions à la discussion ne sont probablement destinées qu’à obtenir des concessions de l’Occident, en le convainquant que Moscou reviendrait alors à la table des négociations.

Ces conditions ont plusieurs fois été énoncées : diminution de l’aide militaire à l’Ukraine, reconnaissance de l’annexion illégale des territoires ukrainiens et diminution des activités militaires de l’OTAN aux frontières de la Russie. Mais le Kremlin reste vague quant à ces éventuelles négociations afin, selon l’ISW, de pousser l’Occident à engager des pourparlers sans en définir l’objectif final, à savoir un cessez-le-feu, un processus de paix ou un accord de paix.

Moscou tirerait pourtant avantage d’un cessez-le-feu, explique le think tank américain. Cela lui permettrait notamment de renforcer son armée, durement touchée depuis le début de l’invasion de l’Ukraine à la fin de février. Mais M. Poutine n’est pas intéressé par une cessation des hostilités et, en face, les Occidentaux ne semblent pas prêts à accorder quoi que ce soit à Moscou non plus. « L’idée que Vladimir Poutine parvienne un jour à vaincre l’Ukraine dépasse l’entendement », a déclaré Joe Biden.





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *