Le courtier sans frais Robinhood n’a plus la cote, le groupe licencie plus de 750 personnes



(BFM Bourse) – Le nombre d’utilisateurs actifs du courtier sans frais est en chute libre, l’intérêt des investisseurs particuliers pour les actions et les cryptomonnaies ayant largement baissé avec le repli des marchés. Robinhood va ainsi se séparer de près d’un quart de ses effectifs, après une première vague de licenciements en avril dernier.

La plateforme américaine de courtage en ligne Robinhood va licencier 23% de son personnel, soit plus de 750 personnes, car l’intérêt pour le marché des actions et les cryptomonnaies a largement décliné par rapport à l’essor observé pendant la pandémie.

« L’année dernière, nous avions recruté en faisant l’hypothèse selon laquelle l’appétit pour la Bourse et les cryptos observé à l’ère du Covid continuerait en 2022″, a expliqué le patron Vlad Tenev dans une lettre aux employés publiée sur le blog de la société.

L’entreprise californienne avait déjà renvoyé environ 9% de ses effectifs fin avril, après avoir vu le nombre d’utilisateurs actifs baisser de 8% entre le troisième et le quatrième trimestre 2021. Elle avait aussi indiqué qu’elle mettrait l’accent sur la maîtrise des coûts. « Cela n’a pas suffi », constate Vlad Tenev dans sa missive adressée aux « Robinhoodies » (les « Robinhoodiens », jeu de mot entre Robin des Bois et « hoodie », qui signifie sweat à capuche).

« Depuis, nous avons vu l’environnement macro-économique se détériorer encore plus, avec une inflation au plus haut depuis 40 ans, accompagnée d’un effondrement du marché des cryptos », détaille-t-il. « Cela a encore réduit l’activité de notre clientèle et les actifs sous notre contrôle. »

La plateforme entrée en Bourse il y a un an conserve environ 2.600 salariés, après avoir remercié quelque 1.100 personnes en tout. Cette deuxième vague de licenciements va concerner tous les métiers, mais en priorité les opérations et le marketing, a précisé le patron.

Un chiffre d’affaires en baisse de 44% sur un an

D’après son communiqué de résultats trimestriels publié mardi, le service comptait environ 15 millions d’utilisateurs actifs mensuels fin juin, 28% de moins que l’année dernière. Son chiffre d’affaires a plongé de 44% sur un an.

Face à la crise des cryptomonnaies, plusieurs plateformes de placements spécialisées dans ces devises volatiles se sont récemment déclarées en faillite. Et, plus généralement, de nombreuses entreprises technologiques ont ralenti le rythme des embauches ou renvoyé du personnel, face au contexte économique défavorable.

Shopify, une plateforme de ventes en ligne, a annoncé la semaine dernière licencier 10% de ses employés, soit environ 1.000 personnes, car l’adoption massive du e-commerce pendant les confinements ne s’est pas traduite en un changement aussi rapide des habitudes qu’elle l’espérait.

Une amende de 30 millions de dollars

Bien que courte, l’histoire de Robinhood a déjà été marquée par plusieurs controverses. Ses fondateurs ont répété vouloir « démocratiser l’accès à la finance », mais leur modèle économique inquiète, car la plateforme finance l’absence de commissions en sous-traitant ses larges volumes d’ordres à des intermédiaires qui le rétribuent. Une pratique légale, mais opaque et potentiellement source de conflit d’intérêts.

Lundi, un régulateur new-yorkais des services financiers a infligé une amende de 30 millions de dollars à son activité de cryptomonnaies pour avoir enfreint des lois sur le blanchiment de fonds et la cybersécurité.

« Nous avons fait des progrès significatifs dans la mise en place de programmes de cybersécurité et de conformité avec la loi, et nous allons continuer à faire passer ce travail en priorité, dans l’intérêt de nos clients », a réagi Cheryl Crumpton, une avocate de Robinhood, contactée par l’AFP. « Nous restons fiers de proposer une plateforme plus accessible et moins chère pour acheter et vendre des crypto », a-t-elle ajouté.

Robinhood a accédé à la notoriété mondiale en janvier 2021, lors de la saga GameStop, qui a vu des milliers de petits actionnaires faire grimper l’action de cette chaîne de magasins de jeux vidéos de 17 à près de 500 dollars en quelques jours. Incapable de gérer le flux des ordres, Robinhood a dû bloquer certaines transactions, au risque d’imploser lui-même, provoquant l’ire de nombreux boursicoteurs.

L’action de la société a perdu près de la moitié de sa valeur depuis le début de l’année et 70 % puis son introduction en Bourse en juillet 2021.

(Avec AFP)

S. S. – ©2022 BFM Bourse



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.